Tous vers l’avant, chacun à son rythme

Suite à la résolution adoptée à l’unanimité en assemblée générale quant au retrait du SPTP de la démarche de partenariat, les représentants syndicaux ont reçu une réponse écrite de la vice-présidente des Ressources humaines au nom de la haute direction SAQ. À la lecture de cette lettre, l’exécutif syndical tenait à porter à son attention quelques précisions sur les raisons et les principaux irritants nous ayant mené à mettre un terme au partenariat SAQ-SPTP. À l’initiative des officiers syndicaux SPTP, une rencontre a eu lieu le 1er mai dernier où étaient présents les membres du comité de direction SAQ ainsi que celui de l’exécutif syndical.

Au cours de cette rencontre, il a été question, entre autres, des diverses actions de mobilisation déployées par le SPTP comme par exemple : les caricatures, le grand rassemblement du 14 février et l’affichage de la liste des victimes des licenciements. Bien que nos moyens de pression soient très limités puisque nous ne sommes pas en période légale de négociation, nous sommes d’avis que toutes ces actions ont été menées à l’image des membres du SPTP avec respect et professionnalisme.

Nous avons également profité de ce moment en compagnie d’Alain Brunet et tous les vice-présidents pour insister sur l’importance de démontrer plus d’empathie afin d’aider les membres du SPTP à traverser les moments difficiles qu’ils ont vécus. Un employé n’est pas une machine ni un robot. C’est un humain avec ses limites personnelles, ses aptitudes et sa capacité bien à lui de gérer le changement. Tous les membres d’une même équipe ne réagissent pas d’une façon unique dans un contexte de restructuration et de transformation organisationnelle comme nous le connaissons.

Bien que nous reconnaissions qu’il soit dans l’intérêt des membres du SPTP de regarder vers l’avenir, redéfinir tous ensemble nos emplois et notre milieu de travail, nous croyons qu’il est important de respecter le rythme de tous et chacun. Cela doit se faire avec empathie et compréhension, sans brusquer, sans juger et sans s’acharner sur ceux qui ont besoin de plus de temps pour vivre ce deuil professionnel que nous traversons.

Il est clair que le succès de cette transition et de ce renouveau passera indéniablement par la relation gestionnaire-employé qui devra être au cœur des projets de reconstruction des équipes, laquelle devra être abordée de bonne foi par les employés mais également par les équipes de direction.